Des idées
que vous conserverez.

Abonnez-vous à notre infolettre

Gestion de personnel

Au travail : apprendre à mettre ses limites

Par Andrée-Anne Blais-Auclair 27 janvier 2021

Mettre des limites au travail, ça ne veut pas dire arrêter de penser aux autres ou cesser d’être un patron généreux et ouvert. Ça veut plutôt dire être à l’écoute de soi et comprendre l’importance de se respecter.


Mettre une limite c’est dire : « Voici ce qui est acceptable pour moi et voici ce qui ne l’est pas. »

Souvent, on ne met pas de limite de peur de décevoir ou de déplaire. 

On préfère ne pas s’écouter soi-même et répondre à la demande de l’autre. En tant que gestionnaire, non seulement cette mauvaise habitude a des impacts négatifs sur vous, mais elle en a aussi sur votre organisation.

Moins de limites, plus de liberté?

Au travail, si le besoin de reconnaissance et de validation peut sembler incompatible avec dire non, il est néanmoins capital d’apprendre à le faire.

Débutons avec un exemple.

Un de vos employés vous demande un congé à la dernière minute pour une activité qui lui tient à cœur. Accepter une telle demande vous assurerait sa reconnaissance, mais surchargerait le reste de l'équipe pour la journée. Vous dites oui malgré tout.

Ce scénario vous semble familier?

Comme gestionnaire, vous devez établir des limites organisationnelles claires : les demandes de congé se font au moins une semaine à l'avance et elles se font directement dans l’application de gestion des horaires, par exemple.

À la longue, ne pas imposer vos limites vient avec son lot d’émotions négatives et de répercussions directes sur vous : frustration, baisse de la confiance en soi, stress, épuisement, etc. On pourrait croire que ça s’arrête là, mais rien n’est plus faux.

À première vue, n’est-ce pas le souhait de tout employé que d’avoir un patron flexible, malléable, qui dit oui à tout et exauce toutes les demandes?

Et bien je vous assure qu’au contraire, une absence de limites solides et un cadre mal défini sont déstabilisants et insécurisants pour une équipe.

Il se bâtit graduellement un flou autour de ce qui est possible et de ce qui ne l’est pas.

Vous risquez même de perdre la confiance de vos employés. En effet, ils douteront de votre capacité à prendre des décisions réfléchies et qui tiennent compte du bon fonctionnement de l’organisation.

Comment apprendre à mieux mettre ses limites au travail?

Vous n’arrivez pas ou pas assez à mettre des limites dans le cadre de votre travail? Pour vous aider à devenir meilleur, je vous propose un processus en 3 étapes.

Connaître et reconnaître vos limites  

Connaître vos limites sous-entend faire preuve d’introspection.

  • Dressez une liste des situations dans lesquelles vous avez tendance à dire oui alors que vous pensez non.
  • Ajoutez à ça toutes les situations où vous savez que vous devriez parler ou agir, mais que vous ne le faites pas.
  • Est-ce par peur de décevoir? Est-ce parce que la culpabilité qui suit vous est intolérable? Est-ce parce que vous appréciez l’image de patron généreux ou d’employé dévoué et travaillant que vous projetez en acceptant tout?

Reconnaître vos limites signifie être à l’écoute de vous-même. Lorsqu’une situation vous fait réagir fortement, c’est un bon indice que vous franchissez une limite importante.

Comprendre vos limites

Si une limite personnelle est franchie, quels sont les impacts pour vous?

  • Vous acceptez (encore) de travailler plus que ce qui est convenu : la fatigue se fait sentir, vous passez à côté de temps avec votre famille, vous ne respectez pas quelconque engagement pris avec un proche, etc. À la longue, votre performance est à la baisse, vu l’épuisement. Soyez conscient de tous ces risques au moment d’outrepasser votre limite.
  • Développez votre intelligence émotionnelle et travaillez sur la gestion de vos émotions. Prenez conscience que votre besoin de validation et de reconnaissance ou votre envie de plaire vous donnent envie de dire oui ou d’éviter une discussion qui pourrait être blessante. Prenez le temps de voir si c’est réellement la meilleure chose à faire.

Affirmer vos limites

Vous avez défini une limite personnelle, et vous êtes conscient des impacts de ne pas la respecter. Maintenant, comment prévoyez-vous de vous protéger si une situation devait la compromettre? Quelles sont vos attentes par rapport à l’autre?

  • Votre employé vient vous voir pour vous demander de parler à un client à sa place; il ne se sent pas à l’aise de gérer une situation délicate. Vous savez que cette tâche lui revient et qu’il serait bon pour lui de sortir de sa zone de confort et de se dépasser. Qui plus est, vous êtes très occupé aujourd’hui. Comment direz-vous à votre employé que vous ne le ferez pas pour lui?

Soyez ferme et plein de conviction.

Rappelez-vous que l’autre a le droit de demander ce qu’il veut.

C’est à vous de tracer la ligne entre ce que vous acceptez et ce que vous n’acceptez pas. Avec vos employés, prenez aussi le temps de rappeler les limites organisationnelles s’il y a lieu.

Encouragez aussi vos employés à imposer leurs limites

L’importance d’avoir des employés heureux au travail est un fait avéré.

Compter au sein de votre équipe un employé qui est assez solide pour s’affirmer est un atout. C’est signe d’une personne qui connaît ses limites et qui ne les franchira pas, ayant pour conséquence un employé plus équilibré, stable et motivé.

Alors, comment donner envie à vos employés de mettre leurs limites s’ils ne le font pas déjà? Et bien, en donnant l’exemple.

Incarnez vous-même ce que vous attendez d’eux.

Nommez et respectez vos limites personnelles, et surtout, faites-le sans gêne et sans vous justifier.

Au départ, ce ne sera peut-être pas naturel, mais vous connaissez l’expression Fake it till you make it? Et bien moi je vous dis, Fake it till you become it.

N’hésitez pas non plus à dire à vos employés que vous n’attendez pas d’eux qu’ils acceptent tout et disent toujours oui.

Voici quelques idées :

💡 Encouragez les membres de votre équipe à établir leurs heures de travail et leurs heures d’indisponibilité clairement. Par exemple, Google Calendar comporte un paramètre permettant de griser la portion du calendrier qui correspond aux heures où vous n’êtes pas disponible.

💡 N’ayez pas recours aux messages textes ou aux appels : utilisez plutôt un outil de messagerie destiné uniquement au travail.

💡 Encouragez vos employés à vous aviser quand ils ont trop de tâches et qu’ils se sentent surchargés.

Plutôt que de repousser vos limites, mettez des limites

La prochaine fois que vous pensez à repousser vos limites, demandez-vous pourquoi vous le faites. Ensuite, faites un inventaire des impacts de votre choix. Vous serez sans doute surpris de voir à quel point ne pas respecter ses limites personnelles vaut rarement la peine, au travail comme dans vos relations interpersonnelles.


Article intéressant? Partagez-le!

Votre premier horaire
en quelques minutes.

14 jours d’essai gratuit. Aucune carte de crédit requise.