Des idées
que vous conserverez.

Abonnez-vous à notre infolettre

Gestion de personnel

8 trucs pour favoriser la fidélisation des salariés

Par Andrée-Anne Blais-Auclair 9 mars 2022

La fidélisation des salariés est un enjeu de la plus haute importance puisqu’il s’agit du facteur le plus déterminant de la rétention du personnel.


Négliger la fidélisation de ses salariés engendre de lourdes conséquences, telles que l’absentéisme au travail, un roulement élevé de personnel et une ambiance négative sur les lieux de travail. Sans compter les coûts faramineux qui découlent de la rotation de personnel.

Plusieurs facteurs contribuent grandement à fidéliser les collaborateurs.

Attirer et fidéliser ses salariés : une différence?

L’attraction de talents est un processus stratégique qui a pour objectif de cibler des salariés talentueux et de les attirer dans l'organisation. Attirer de nouveaux salariés constitue donc la première étape d’une embauche. Ceci est d’autant plus vrai en temps de pénurie de main-d'œuvre. 

La fidélisation débute également au moment de l’attraction, mais se poursuit tout au long de la relation du salarié avec l'organisation.

On peut la décrire comme l’ensemble des actions qui favorisent et préservent le sentiment d’appartenance et la loyauté des salariés envers une organisation.

La fidélisation a le pouvoir de transformer les salariés en ambassadeurs naturels de l'organisation.

Ces ambassadeurs améliorent l’image de l’organisation, attirent des clients et même des salariés potentiels en vantant ouvertement l'organisation pour laquelle ils travaillent.

La fidélisation des salariés passe par les émotions

La fidélisation des salariés ne passe pas par les tables de ping pong dans la salle à manger ni par un salaire élevé. À tout le moins, ce n’est pas suffisant.

La fidélisation passe par une culture d’entreprise qui génère des émotions profondes chez ses salariés.

C’est quand des sentiments plus profonds sont stimulés qu’une loyauté durable s’installe et se développe. Par exemple, la fierté, le sentiment d’appartenance à un projet fédérateur ou des valeurs communes.

Comment fidéliser ses salariés : 8 conditions essentielles

1. Un processus de recrutement bien ficelé

Pourquoi est-ce essentiel?

Les étapes d’un processus de recrutement bien pensé permettent de recruter des salariés, certes, mais elles font surtout en sorte d’embaucher les bons salariés pour l'organisation, c’est-à-dire des salariés qui ont le potentiel d’être fidèles à l’organisation.

Comment ça marche?

Un processus de recrutement efficace considère la compatibilité de personnalité et de valeurs entre le candidat et le reste de l’équipe. Ce fit est prometteur, puisqu’il permet de développer une meilleure cohésion d’équipe et assure que le nouveau salarié adhère aux valeurs et à la mission de l’organisation.

Le processus de recrutement idéal est bien ficelé et permet de réellement évaluer la durabilité possible de la relation et de vérifier si les besoins de la personne seront comblés par l’emploi.

2. Une mission claire et engageante

Pourquoi est-ce essentiel? 

Rien n’est plus fort qu’un salarié qui porte en lui la mission de l'organisation comme s’il s’agissait d’un projet personnel. Une étude a par ailleurs démontré qu’un lien affectif envers une organisation du type « J’aime la société pour laquelle je travaille et j’en suis fière » conduira un salarié à soutenir les changements que cette dernière met de l’avant et à y participer activement.

Comment ça marche?

Pour que la mission soit engageante, elle doit être claire, répétée souvent, et surtout, elle doit vivre à travers des actions concrètes. Par exemple, la mission d’Agendrix est de remettre l'humain au cœur de la gestion. Cette mission guide chaque décision prise à l’interne : les salariés reçoivent mensuellement des sondages de satisfaction, une activité de team-building a lieu sur une base régulière et est offerte gratuitement aux salariés, et plus encore. Ainsi, les salariés savent que leur employeur est cohérent et authentique dans ses intentions. On le dit communément : « Les bottines doivent suivre les babines. »

3. Un sens au travail

Pourquoi est-ce essentiel?

Saviez-vous que 9 personnes sur 10 seraient prêtes à gagner moins d’argent pour accomplir un travail qui a un sens pour eux? Le sens est ce qui fait que les salariés se sentent utiles et que leur emploi contribue à leur développement personnel ou à l’impact qu’ils ont autour d’eux.

Donner du sens aux activités de vos salariés a une incidence importante sur leur engagement et leur motivation au travail.

C’est cet élan de faire une différence dans la vie des autres qui motive plusieurs salariés travaillant en relation d’aide, notamment. J’ai d’ailleurs rencontré Catherine Fabi, intervenante projets artistiques à l’Accueil Bonneau depuis 2015, qui en est un bon exemple. Ces 6 dernières années, les défis du milieu communautaire n’ont pas eu raison de sa passion et de cette mission qui lui tient personnellement à cœur. Selon elle, ce qui explique son engagement face à son travail est un mélange de facteurs. Il est primordial pour elle de voir concrètement que ses actions améliorent la qualité de vie des personnes qu’elle rencontre et de mettre à profit diverses passions et compétences, en l'occurrence l’art, la créativité, le développement intellectuel, la relation d’aide.

Comment ça marche?

Le sens au travail est intimement lié à la mission et aux valeurs de l'organisation, ainsi qu’aux tâches et responsabilités des salariés. La meilleure façon de s’assurer que vos salariés trouvent un sens à leur travail est de recruter des salariés dont la personnalité, les besoins, les valeurs et les ambitions sont alignés avec ce que l’organisation peut leur offrir.

4. Des possibilités d’avancement stimulantes

Pourquoi est-ce essentiel?

Les possibilités d’avancement sont un important facteur de motivation pour les salariés et répondent au besoin d’accomplissement professionnel. Elles sont aussi une marque de reconnaissance.

Au salon de coiffure Euphorik, Naomie me raconte l’histoire derrière sa loyauté des cinq dernières années envers son employeur. Ce qui la motive le plus dans son milieu de travail sont les objectifs stimulants qui caractérisent son milieu de travail, en plus d’exercer sa passion, d’avoir une manager humaine et une équipe très soudée.

En effet, le salon de coiffure Euphorik appartient au programme Summit, qui permet aux coiffeuses d’être récompensées en fonction de l’expérience qu’elles acquièrent. En passant à un autre niveau, elles améliorent leur salaire, en plus de bénéficier de la notoriété associée aux niveaux plus élevés.

Comment ça marche?

Parfois, dans les organisations où l’équipe est petite, ou encore lorsque la structure de l’organisation est plus horizontale, les possibilités d’avancement sont limitées. Pourtant, il est possible d’être créatif : créer un comité à diriger, offrir à un salarié de développer un projet qui lui appartient, déléguer certaines responsabilités qui reviennent habituellement au manager, offrir un programme de récompense en fonction des efforts et du perfectionnement, et j’en passe.

5. Un fort esprit de communauté

Pourquoi est-ce essentiel? 

Le travail est d’abord relationnel. Pas entre autres relationnel. Surtout relationnel.

Des relations de travail nourrissantes rendent donc plus agréables les moments passés au travail. C’est aussi ce qui facilite le travail d’équipe et ce qui contribue à bâtir une cohésion solide. Selon l’Indice de Bonheur Léger, les relations entre les collègues sont directement liées au bonheur et à la satisfaction au travail.

À l’opposé, des contacts toxiques, des conflits ou un climat tendu altèrent la performance et font grimper l’absentéisme et les départs de salariés. Un salarié qui retrouve des amis dans son milieu professionnel sera considérablement plus fidèle à l’organisation qui l’emploie.

Comment ça marche?

Rien n’égale les activités de cohésion d’équipe pour contribuer à bâtir des relations solides entre les salariés. Ce genre d’activités gagne d’ailleurs à avoir lieu régulièrement et à être organisées rapidement après l’embauche de nouveaux salariés. Elles facilitent l’intégration des nouveaux venus et permettent aux gens de se connaître sous un autre jour que sous leur chapeau professionnel.

6. De la reconnaissance de la part de l’employeur

Pourquoi est-ce essentiel?

La reconnaissance est un besoin humain primaire. Au travail, il s’agit de la quatrième valeur en importance sur les douze valeurs qui comptent le plus pour les Québécois. Pourtant, 42 % des travailleurs québécois interrogés dans l’Enquête québécoise des conditions de travail, d’emploi et de SST considèrent que leur besoin de reconnaissance au travail n’est pas comblé.

La reconnaissance favorise la fidélisation des salariés car elle influence l’estime personnelle, le sentiment d’accomplissement et de réussite, ainsi que la sensation d’être utile.

Ève Gauthier, pharmacienne propriétaire de deux pharmacies, est arrivée dans une équipe qui comptait bon nombre de salariés loyaux depuis plusieurs années. Elle me décrit l’ampleur du défi de préserver cette équipe. La reconnaissance, me dit-elle, fait partie inhérente de sa stratégie de fidélisation de son personnel.

À ses yeux, remercier son équipe après une journée difficile est aussi important que de féliciter ses salariés pour leurs bons coups. Elle souligne aussi l’importance d’être concrète dans sa rétroaction en leur partageant les statistiques de la journée, notamment.

Comment ça marche?

Offrir de la reconnaissance passe tant par les remerciements, les surprises et récompenses que par le fait de souligner les bons coups ou de démontrer une volonté de connaître l’opinion de votre équipe. Et croyez-moi, ça fonctionne! D'ailleurs, avec l'application Agendrix, vous pouvez intégrer facilement la reconnaissance à votre culture d'entreprise en utilisant le module High Fives.

7. Un manager bienveillant

Pourquoi est-ce essentiel?

Le manager a un grand pouvoir sur la fidélisation de ses salariés, parce que ses actions affectent directement le degré de satisfaction au travail de son équipe.

On dit d’ailleurs que la motivation des salariés est accrue lorsque le manager est bienveillant, et que le stress s’en trouve diminué. La bienveillance permet au manager d’être empathique envers les membres de son équipe, de se mettre à leur place et de les considérer lors de ses décisions et de ses interactions avec eux.

Comment ça marche?

Le manager doit faire de l’empathie, de la bienveillance et de l’intelligence émotionnelle ses chevaux de bataille. La première étape pour y arriver est sans aucun doute de modifier sa perception de ces qualités. Il ne s’agit pas de faiblesse ou d’hypersensibilité, mais de sagesse.

Le manager bienveillant doit avoir la sagesse d’être à l’écoute et à l’affût de ce que vivent ses salariés et de percevoir cette sensibilité envers l’autre comme une force et du courage.

8. Des conditions de travail

Pourquoi est-ce essentiel?

Offrir des conditions de travail avantageuses aux salariés a des répercussions directes sur leur qualité de vie. La flexibilité d’horaire, le télétravail en option, ou encore des mesures de conciliation travail-vie personnelle et famille sont de très bons exemples.

Des conditions de travail sont avantageuses lorsqu’elles considèrent réellement l’unicité du contexte de chacun et visent un mieux-être pour l’ensemble des salariés. Un employeur qui démontre une volonté d’offrir de bonnes conditions de travail à son équipe et à les actualiser régulièrement lance le message que ses salariés sont importants. Chez Agendrix, aucun salarié n’a quitté l’organisation depuis six ans, et la flexibilité qui nous est offerte y est pour beaucoup.

Comment ça marche?

Plusieurs managers, principalement dans de petites organisations, croient à tort qu’offrir des conditions de travail intéressantes à leur équipe est impossible, en raison des coûts élevés. Pourtant, sans offrir des assurances collectives, les employeurs peuvent user de créativité afin de démontrer de la considération à leurs salariés. Des journées de congé bien-être dans l’année, des fériés supplémentaires, plus de vacances, des horaires de travail flexibles ou une modification de la semaine normale de 40 h vers 35 h, par exemple.

Fidéliser ses collaborateurs, une question de priorité

Les managers cherchent tous la recette miraculeuse qui rendra leur société prospère. Le produit ou service, la clientèle, les salariés, qu’est-ce qui doit retenir le plus leur attention?

Une chose est certaine, l’employeur qui s’attarde à fidéliser ses salariés s’assure de jouer sur tous les pans à la fois : les salariés fidèles prendront soin de vos clients comme s’ils étaient les leurs et offriront votre produit ou service comme s’ils le faisaient en leur nom.


Article intéressant ? Partagez-le !

Votre premier planning
en quelques minutes.

14 jours d’essai gratuit. Aucune carte de crédit requise.