Préposée debout et bénéficiaire assise

Résidences pour personnes âgées

Une jeune directrice apporte un vent de modernité

Fondées en 2010, Les Résidences René-Léosa accueillent principalement des résidents présentant des déficits cognitifs ou physiques ainsi que des troubles mentaux.

C’est à l’âge de seulement 28 ans qu’Alix devient la directrice de l’entreprise familiale. Elle assume simultanément la gestion de deux résidences plus petites. En tout et partout, Alix doit diriger quelque 120 salariés travaillant 7 jours sur 7, de jour comme de nuit.

Une gestion qui n'est pas de tout repos

Alix a rapidement réalisé que son nouveau poste de directrice comportait son lot de défis. Ne possédant pas d’outil moderne, elle dépendait d’Excel pour gérer les plannings et les feuilles de présence. Cette gestion lui demandait au minimum 20 heures de travail chaque semaine.

La communication des contraintes des salariés était au coeur du problème. L’ancienne manière de faire les choses était peu commode : les salariés écrivaient leurs demandes sur le planning papier épinglé au babillard. Alix devait donc vérifier le planning en personne chaque jour, y apporter les changements, le réimprimer et espérer que les salariés verraient la nouvelle version à temps. Les absents concernés étaient contactés un à un.

Une préposée tente de retrouver le pouls d'un aîné
Manager souriante assurant le bon management de ses salariés sur un ordinateur portable

Du temps qui coûte cher

La gestion des feuilles de présences n’a pas toujours été facile non plus. Sans système numérique, les salariés dépendaient ici aussi du papier; à la fin de chaque plage, les heures travaillées étaient inscrites aux feuilles de présence à la main. Alix les récoltait ensuite, puis entamait le laborieux travail de déchiffrer et de retranscrire les données de chaque salarié dans Excel.

Avec l’ancienne méthode, recopier les entrées de temps dans Excel me demandait deux pleines journées de travail toutes les deux semaines. Ensuite, c’était au comptable de s’y attaquer.

Rangées de résidences dépourvues de traits caractéristiques

Priorité : ancienneté

Comme les salariés des Résidences sont syndiqués, la gestion doit se faire selon certaines exigences. Les plages de travail doivent notamment être attribués en fonction de l’ancienneté des salariés. Alix devait donc créer ses plannings en jonglant avec les listes d’ancienneté de chaque poste.

Le syndicat exige aussi que chaque absence soit cataloguée. Or, comme les absences étaient gérées par les superviseurs, il pouvait y avoir un certain écart entre les données d’Alix et la réalité.

Un peu de modernité

La mise en place d’Agendrix ne s’est pas faite sans résistance. Mais, un peu de persévérance de la part d’Alix et les démonstrations menées par l’équipe d’Agendrix ont suffi à convaincre même les plus sceptiques d’en faire l’essai. Aujourd’hui, ces mêmes personnes admettent qu’elles ne s’en passeraient plus. Elles aiment bien toujours avoir accès à leur planning en ligne, sans avoir à se rendre sur place.

Fini les plannings papier. Comme la gestion se fait maintenant dans l’application, Alix n’a même plus à se déplacer. Ses salariés lui envoient simplement leurs demandes et contraintes, qu’elle peut vérifier et approuver en un instant. Les personnes concernées reçoivent une alerte, puis voient les changements apparaître au planning. Alix peut même voir qui a pris connaissance de son planning.

Bénéficiaire pensive

La création du planning est aussi beaucoup plus rapide; l’outil de récurrence permet à Alix de recopier automatiquement les plages choisis chaque semaine. Les tâches qui lui prenaient autrefois plus de 20 heures par semaine ne lui en prennent aujourd’hui que 5.

Plus de temps, moins de dépenses

La retranscription manuelle des heures n’est plus. Quand les salariés pointent entrées, pauses et sorties, les heures apparaissent automatiquement dans les feuilles de présence d’Alix. Il ne lui reste ensuite qu’à vérifier les entrées. Comme les différences trop grandes entre les heures pointées et le planning sont mises en évidence, le processus lui prend très peu de temps. Les feuilles de présence vérifiées s’exportent même dans un format supporté par plusieurs logiciels de paie bien connus.

Ça nous a tellement permis de simplifier notre travail!

Jeune préposée aidant une bénéficiaire à déambuler vers son endroit préféré

Un casse-tête en moins

Lorsque vient le temps de créer les plannings, Agendrix permet à Alix de trier sa liste salariés par ancienneté. Pour simplifier le travail, les salariés qui ont assez d’heures de travail pour la période disparaissent automatiquement de cette liste. Alix peut ainsi passer à la personne suivante jusqu’à ce que tous ses besoins en personnel pour chaque poste soient comblés.

La transparence s’est aussi améliorée. Un registre conserve une trace de toutes les actions accomplies dans Agendrix, ce qui permet à Alix de vérifier les décisions de ses superviseurs. De plus, en ayant accès à toutes les données électroniquement, Alix peut fournir des preuves tangibles du respect des contraintes au syndicat.


Article intéressant ? Partagez-le !

Votre premier planning
en quelques minutes.

14 jours d’essai gratuit. Aucune carte de crédit requise.