Affaires

Votre entreprise est-elle prête à braver la canicule?

Par Michaël Thibault 29 juillet 2019

La température dépassera les 30 °C. Le facteur humidex grimpera jusqu’à quelque 40 °C. Une canicule s'annonce.


Comme de telles canicules ne se manifestent qu’une ou deux fois par année en moyenne, trop peu d’entreprises connaissent les risques et prennent des moyens concrets de protéger leurs employés. Des solutions simples et peu coûteuses existent cependant pour limiter les pertes de productivité et assurer la protection des employés. Ces solutions vous permettront aussi d’améliorer le moral de votre équipe tout en vous permettant de vous démarquer comme gestionnaire.

Une cani… quoi?

La canicule se définit comme une période d’au moins trois journées consécutives d’intense chaleur (soit, d’une température de plus de 30 °C). Elle est généralement accompagnée d’un ciel découvert en journée qui n’offre aucun répit du soleil, d’un taux élevé d’humidité qui rend toute activité extérieure difficile et, parfois, de violents orages en soirée. Tout travailleur devant affronter une canicule s’expose à certains dangers, dont :

  • L’épuisement ou la somnolence
  • La nausée ou les vomissements
  • Les maux de tête
  • L’évanouissement
  • La soif extrême
  • L’insolation (les coups de chaleur)

Tous les symptômes énumérés ci-dessus peuvent aussi avoir des effets psychologiques – de l’anxiété à la colère, en passant par le désintérêt – affectant la productivité de vos employés . C’est compréhensible : rares sont les gens qui chercheront à donner leur 110 % quand le simple fait d’exister se veut laborieux.

Comment aider mes employés à faire face à la chaleur?

Évaluer l’environnement de travail et les risques

La première chose à faire est toujours de poser un regard critique sur l’environnement de travail et les tâches attribuées à ses employés. Vous pourrez ainsi déceler les risques potentiels et leur sévérité pour vous permettre d’agir à l’avance. Par exemple, un environnement de travail équipé d’un système de climatisation et d’eau fraîche toujours à portée de main est un environnement qui ne poserait probablement pas de risques. Cependant, un commerce où des employés seraient appelés à travailler physiquement à l’extérieur exposerait sans doutes ces personnes.

Promouvoir le confort

La mise en place de moyens pour assurer le confort des employés présente plusieurs avantages pour vous et vos employés. Premièrement, la productivité de vos employés serait améliorée. Il va sans dire que certaines tâches sont beaucoup plus difficiles à accomplir, voire impossibles, lorsque bouger ou respirer est ardu. Deuxièmement, des accidents de travail pourraient être évités. Si vous pensez que certains accommodements entraînent des coûts supplémentaires, réfléchissez à ce que pourrait vous coûter un employé qui s’évanouit. Troisièmement, vous vous bâtirez une réputation de cadre qui se soucie réellement de l’état de ses employés. Vous pourriez, par exemple, équiper vos caisses de ventilateurs ou distribuer de bons vieux Mr. Freeze en début d’après-midi. Si l’environnement le permet, vous pourriez aussi relaxer temporairement le code vestimentaire si ce dernier ne permet normalement pas les shorts.

Assurer l’hydratation

Il serait judicieux de toujours pourvoir ses employés d’une source d’eau facile d’accès, telle qu’une bonbonne. Les sources d’ombre, telles qu’un parasol ou une toile, peuvent aussi contribuer à réduire la déshydratation et prévenir les coups de soleil. Notez qu’à titre de référence pour un quart de huit heures, la personne moyenne devrait boire au moins 650 ml d’eau. Les activités physiques et la chaleur peuvent facilement doubler ces besoins, selon la personne, mais, jamais besoin de rien calculer : la soif est l’indicateur le plus fiable qui soit.

Diviser les périodes d’exposition à la chaleur

Il pourrait être sage de diviser les quarts de travail des employés qui travaillent dehors (p. ex. serveurs sur une terrasse) avec ceux qui travaillent à l’intérieur. Vos horaires pourraient aussi être parsemés de courtes pauses imposées à intervalles réguliers, selon les tâches.

Rester à l'affût et respecter les limites

Peu importe la stratégie que vous adopterez, assurez-vous toujours de demander à vos superviseurs et à vos employés de porter une attention particulière à tout signe d’épuisement, et ce, surtout si certains de vos employés sont plus âgés. Notez finalement qu’un employé pourra toujours refuser d’exécuter une tâche qui pourrait constituer un danger pour sa santé, conformément à la Loi sur les accidents du travail et les maladies professionnelles.


Article intéressant? Partagez-le!

Votre premier horaire
en quelques minutes.

14 jours d’essai gratuit. Aucune carte de crédit requise.